Contact |
Newsletter |
Mentions légales |

La FEVE soutient l’appel du 19 septembre de l’AMF

Presse/communiqués > communiqués de presse > La FEVE soutient l’appel du 19 septembre de l’AMF

L’Etat a décidé de réduire de 30% la Dotation Globale de Fonctionnement, dotation accordée aux communes et intercommunalités pour assurer leurs missions. Cette baisse massive concerne chaque commune et intercommunalité. Ponctionner les collectivités pour équilibrer le budget de l’Etat afin, par exemple, d’accorder des cadeaux fiscaux aux grandes entreprises n’est pas une nouveauté : Nicolas Sarkozy avait largement entamé ce mouvement.
Sur la période 2015/2017, les collectivités locales verront donc leurs dotations baisser de 11 milliards.

L’Association des Maires de France (AMF) a décidé de lancer un appel à signatures et d’organiser le 19 septembre prochain des initiatives de rencontre entre les élu-es et les citoyen-nes.

Si la participation des collectivités à l’effort national de redressement budgétaire est légitime, il serait inacceptable que ce soit au prix d’une dégradation des services publics de proximité essentiels tels que les écoles, les crèches, les cantines, la culture, les bibliothèques etc. Car dans une période d’accroissement de la fracture sociale, de menace démocratique et d’enjeux environnementaux sans précédents, il faut au contraire renforcer les actions sociales, la culture, la vie associative, le sport, l’entretien des rues, des espaces verts ou la collecte des déchets qui contribuent à la transition que nous devons opérer. Il est aussi inconcevable de faire porter le poids du désengagement de l’Etat aux usagers ou aux contribuables locaux pour maintenir des services publics de qualité avec le niveau d’investissement correspondant aux besoins de la population.

Pour les écologistes, dans un moment où les politiques publiques locales ont besoin de se renforcer pour assurer les solidarités, dans un moment où la COP21 démontre le rôle prépondérant des collectivités territoriales dans l’action environnementale, il nous faut pouvoir maintenir leur rôle dans le soutien à de nombreuses initiatives citoyennes qui appuient les collectivités dans leur mission. Cela doit être aussi l’occasion de repenser l’affectation des dépenses publiques et la notion d’investissement dans ces collectivités où des parts trop importantes de ces budgets sont affectées à des projets d’aménagement qui ne sont ni sources de lien social, ni de services publics, et qui sont très impactant pour l’environnement et la biodiversité locale.

La FEVE appelle donc l’ensemble des élu-es à s’inscrire dans les initiatives lancées et à dialoguer avec les citoyennes et les citoyens de notre pays afin que cette réorientation budgétaire soit limitée et mieux conditionnée aux orientations territoriales en faveur d’un projet de transition écologique.

Catherine Hervieu, présidente de la FEVE, conseillère municipale de Dijon, vice-présidente du Grand Dijon
Michel Bourgain, maire de l’Île-Saint-Denis, vice-président de l’AMF, membre de la FEVE
Catherine Candelier, conseillère municipale à Sèvres, secrétaire de la FEVE
Christian Métairie, adjoint au maire d’Arcueil, membre du bureau de la FEVE

Annexe : appel de l’AMF

Souhaite-t-on que les services de proximité rendus au quotidien à 66 millions de Français disparaissent ou soient drastiquement réduits ? Souhaite-t-on renoncer aux investissements publics ? Notre réponse est claire : c’est non !
Car concrètement, qu’est-ce que cela changerait pour vous dans une journée ordinaire ?
Plus d’eau pour votre douche. Plus d’équipements pour faire du sport. Plus d’écoles, de crèches et de cantines pour vos enfants. Plus de transports en commun pour aller travailler. Plus de collecte et de tri d’ordures pour une ville propre et saine. Plus d’entretien des espaces verts pour votre cadre de vie. Plus de lieux ou d’actions culturels pour vous distraire. Plus d’actions sociales en faveur des personnes en difficulté. Plus de vie associative pour favoriser les projets en commun…
Le danger est donc sans précédent et concerne chaque habitant de chaque commune de France, sans exception.
Pour gagner ce combat citoyen et pour que l’Etat revienne sur sa décision, l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalités lance l’Appel du 19 septembre pour les communes de France.
En tant que citoyen, responsable ou membre d’association, chefs d’entreprises, cet Appel vous est destiné. Soyez des milliers à le signer avant le 19 septembre prochain, date à laquelle vous serez invités à rencontrer vos élus partout en France pour manifester votre opposition.
Nous aimons tous notre commune, ne nous résignons pas à les voir disparaître : faisons cause commune pour dire NON à la disparition programmée des communes !

Pour l’AMF :
François Baroin, Président
André Laignel, Premier vice-président délégué
Philippe Laurent, Secrétaire général
Michel Vergnier, Trésorier général
Marie Hélène Amiable
Annie Guillemot
André Rossinot
Martial Saddier