Contact |
Newsletter |
Mentions légales |

Menace sur le parc amazonien de Guyane

Presse/communiqués > communiqués de presse > Menace sur le parc amazonien de Guyane

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a signé fin 2012 un arrêté octroyant à la société minière REXMA un permis d’exploitation minière de 10 km² près de la commune de Saül, village porte du Parc Amazonien en Guyane, plus grand Parc National français.

Cette décision va à l’encontre de l’avis rendu par la commission des mines, par les instances du Parc, par son conseil scientifique, par les associations de défense de l’environnement, ainsi que par les communes concernées et leurs habitants. Elle contrevient aux préconisations du Schéma Départemental d’Orientation Minière de la Guyane. Elle ne mesure pas suffisamment toutes les considérations écologiques d’un territoire précieux pour son patrimoine environnemental et culturel. Elle ne prend pas en compte les principes définis par la Charte de l’environnement en matière de concertation publique.

La FEVE écrit au Premier ministre

Par l’intermédiaire de son président, Jean-François Caron, et de son secrétaire général, le sénateur Ronan Dantec, la FEVE a écrit au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, pour demander le report de l’autorisation qui doit être rendue le 12 janvier.
La FEVE demande de prendre le temps de revoir le dossier, dans la durée et de manière approfondie, en consultant les différents avis souhaitant se faire entendre.

La FEVE s’associe aux associations ayant alerté sur cette situation (lire notamment le communiqué de France Nature Environnement).

En savoir plus :
Le site de José Gaillou, conseiller régional écologiste de Guyane

Principaux arguments

Le projet de mine s’inscrit au cœur d’un massif forestier riche et original, à forte valeur patrimoniale, mais également très vulnérable où s’impose la considération des solidarités écologiques.

L’exploitation aurifère se trouve en amont immédiat du cœur de parc national et les cours d’eau sont le principal vecteur des risques environnementaux liés à l’exploitation minière.

Ce projet, par sa proximité avec le village de Saül, vient en opposition totale avec les engagements politiques locaux et les investissements importants déjà consentis en faveur d’un développement local et durable basé sur la valorisation touristique des patrimoines naturels et culturels de cette commune.

La décision du Ministre Arnaud Montebourg ne tient pas compte du zonage défini par le Schéma Départemental d’Orientation Minière de la Guyane actuellement en vigueur, qui interdit dans ce secteur toute activité minière pour les motifs environnementaux mentionnés précédemment.

Télécharger le courrier de la FEVE en PDF

PDF - 905.9 ko