Contact |
Newsletter |
Mentions légales |

Le Pacte pour la transition citoyenne

Actualités > Les élu-es ont la parole > Le Pacte pour la transition citoyenne

Le 18 juin 2015, L’Ile-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) a été la première ville française à signer le pacte pour la transition citoyenne. Son maire, Michel Bourgain, revient pour la FEVE sur cette initiative.

Qu’est-ce que le pacte pour la transition citoyenne ?
Michel Bourgain : Il s’agit d’un engagement que le Collectif pour une transition citoyenne propose de faire signer aux élu-es des territoires, principalement ceux des communes. Ce collectif réunit 16 associations et entreprises engagées dans la défense de l’environnement et la promotion de solutions alternatives, telles que Les Amis de la Terre, Alternatiba ou Enercoop.
En signant le pacte, on s’engage à mettre en place dans les plus brefs délais au moins 5 mesures parmi une liste de 15 proposées par le collectif. Toutes vont dans le sens une transition écologique et sociale.
La COP 21 arrivant, les collectivités locales se doivent d’être des acteurs majeurs de la transition citoyenne. Dans ce contexte, L’Ile-Saint-Denis est la première ville en France à signer le pacte et à donner ainsi un signal fort de son engagement. Signer, c’est illustrer que même une commune modeste comme la nôtre peut mettre en place des actions concrètes pour l’environnement et pour plus de solidarité. S’engager aujourd’hui n’est pas une charge, c’est une opportunité.

Quels engagements prend L’Ile-Saint-Denis en signant le pacte ?

Michel Bourgain : L’Ile-Saint-Denis, en signant le pacte, s’est engagée à prendre 5 mesures durant la mandature actuelle :

Quid des 10 autres mesures du pacte ?
Michel Bourgain : En amont de sa signature, notre île a déjà atteint plus de la moitié des objectifs proposés par le pacte. Ainsi l’hôtel de ville est alimenté à 100% par l’électricité verte d’Enercoop et le territoire comprend plusieurs installations solaires importantes. Un repas végétarien est servi chaque semaine au restaurant municipal, où 35% des aliments sont d’origine biologique. Enfin, le Pôle d’hospitalité des activités à rayonnement écologique et solidaire (PHARES) abrite, depuis plusieurs années, des associations et entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS) oeuvrant dans l’éducation populaire, l’insertion par l’activité économique, la formation pour adultes, la consommation durable…
En nous engageant à mettre en place 5 mesures supplémentaires, nous marquons notre volonté de poursuivre notre action pour créer une ville citoyenne, écologique et solidaire