Contact |
Newsletter |
Mentions légales |

Désinvestir, une opportunité

Ressources > La FEVE décrypte pour vous > Le Désinvestissement carbone > Désinvestir, une opportunité

1. Nos émissions de carbone doivent être très fortement réduites pour tenir l’objectif global de maintenir la hausse des températures sous la barre des + 2C°. Cela implique de repenser notre politique énergétique et d’enclencher la transition vers un monde de demain 100% renouvelable en éliminant, progressivement mais durablement, notre consommation d’énergie fossile (pétrole, gaz et charbon).

2. Tous les leviers pour changer la donne peuvent être mobilisés : l’un d’eux est de demander aux opérateurs financiers et acteurs institutionnels de s’engager à ne plus investir dans de telles activités.
Enclencher le désinvestissement dans les énergies fossiles, c’est rediriger l’argent investi vers des secteurs créateurs d’emplois et protecteurs de notre environnement.

3. C’est le sens de la mobilisation internationale appuyée par l’organisation 350.org : universités, conseils municipaux, établissements médicaux, fonds de pension... En tout, 440 institutions ont déjà détourné leurs investissements de l’industrie des fossiles. Le dernier rapport en date chiffre à 2 600 milliards de dollars la richesse totale de l’ensemble des institutions qui se sont engagées à désinvestir.

4. Les collectivités territoriales agissent à travers les fonds institutionnels, les banques, les acteurs économiques des territoires. A l’échelle européenne, des centaines de milliards de dollars pourraient être désinvestis.
Après Seattle, Oslo, San Francisco, Paris, les régions Ile-de- France et Rhône-Alpes, le département de la Gironde, engageons réellement nos collectivités dans la lutte contre le dérèglement climatique !

Les chiffres
 qui poussent à agir !
  • 90 entreprises de la filière des énergies fossiles sont responsables des 2/3 des émissions de Gaz à Effet de Serre.
  • Les ressources en fossiles représentent un profit potentiel de 27 trillions de dollars.
  • Pour 1 euro investi dans les renouvelables, 4 euros le sont dans les fossiles.