Contact |
Newsletter |
Mentions légales |

Soutien a Stéphane Gatignon, maire de Sevran

Presse/communiqués > communiqués de presse > Soutien a Stéphane Gatignon, maire de Sevran

Le maire écologiste de Sevran, Stéphane Gatignon, a entamé une grève de la faim vendredi et s’est installé dans une tente face à l’Assemblée nationale pour attirer l’attention sur le sort des communes pauvres.
La FEVE soutient Stéphane Gatignon et rappelle la nécessité absolue de mécanismes de péréquation dans le cadre de la future réforme territoriale.

Son combat est juste car les maires sont en première ligne des inégalités, des injustices. Les maires sont en contact direct avec la population. Ils doivent faire face à toutes les urgences, en même temps qu’on attend qu’elles et ils apportent une vision de développement à moyen terme.

La situation dans laquelle nous évoluons aggrave considérablement les capacités d’interventions des communes.

Dans un contexte de rareté extrême d’accès aux emprunts, ce sont forcément les collectivités les plus exposées, les plus fragiles, les plus pauvres qui se voient écartées.

Dans un contexte de ségrégation sociale qui n’a fait que s’aggraver sous les années libérales de Nicolas Sarkozy, le cercle vicieux s’installe. Les pauvres deviennent de plus en plus pauvres.

C’est pourquoi la FEVE porte dans ses propositions pour la réforme territoriale voulue par le président de la République, la nécessité absolue de mécanismes de péréquation à la hauteur des enjeux.

L’échelon local reste irremplaçable, porteur qu’il est d’implication habitante et de contact privilégié entre les élu-es et la population.

Si des informations allant dans un sens positif ont été formulées concernant sa ville, Stéphane Gatignon poursuit son action jusqu’au débat budgétaire à l’Assemblée portant sur les dotations de solidarité urbaine, mardi prochain. Il se bat pour Sevran et pour toutes les communes pauvres de France.

Merci à Stéphane Gatignon de rappeler que rien ne s’obtient sans lutter.

Merci à lui de l’énergie qu’il met à servir la chose publique et défendre le bien commun.

Jean-François Caron, président de la FEVE