Contact |
Newsletter |
Mentions légales |

Pierre Mériaux : la loi montagne manque d’ambition

Presse/communiqués > Presse > Pierre Mériaux : la loi montagne manque d’ambition

Le 18 octobre, Pierre Mériaux, conseiller municipal de Grenoble délégué à la montagne, était l’invité de RCF pour parler de l’acte II de la loi montagne et du plan montagne de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Pierre Mériaux, conseiller municipal de Grenoble délégué à la montagne, revient sur RCF sur le plan montagne de Laurent Wauquiez et sur l’acte II de la loi montagne.
Pour lui, le plan montagne de la région Auvergne-Rhône-Alpes se réduit à un plan d’équipement en canons à neige, ce qui est anachronique à l’époque dans laquelle nous vivons. Le fait que le changement climatique frappe deux fois plus fort en montagne qu’en plaine, n’est pas intégré dans un plan qui nie ce changement au lieu de s’y adapter.
Par ailleurs, si l’acte II de la loi montagne a suscité des espoirs car les orientations du rapport préliminaire de Mmes Laclais et Genevard étaient intéressantes et reprenaient des propositions faites par les écologistes, cela n’a pas été transcrit dans le projet de loi qui manque d’ambition sur l’adaptation au changement climatique.

Ecouter l’interview de Pierre Mériaux

Dans une tribune cosignée avec Corinne Morel-Darleux, conseillère régionale d’Auvergne-Rhône-Alpes (RCES), il explique pourquoi il ne s’est pas rendu au 32e congrès de l’association nationale des élus de la montagne (ANEM).

"Le congrès de l’association nationale des élus de montagne (Anem) débute demain à Saint Dié les Vosges. Ce congrès a lieu entre élus uniquement, et il est sponsorisé par de grands groupes privés, deux bonnes raisons pour nous de ne pas y participer. Il nous paraît pour autant essentiel de faire entendre une autre voix, tournée vers l’extérieur celle-là, et de saisir l’occasion de revenir sur ce territoire particulier, si riche et pourtant si fragile, qui couvre 30% du paysage français. Trop nombreux encore sont hélas les décideurs politiques et économiques à avoir une vision purement mercantile de la montagne."

Lire la suite