Contact |
Newsletter |
Mentions légales |

Parole d’élue : "Désinvestir, et après ?"

Ressources > La FEVE décrypte pour vous > Le Désinvestissement carbone > Parole d’élue : "Désinvestir, et après ?"

« Ne plus investir dans les énergies fossiles, c’est dégager des fonds pour investir autrement, pour l’intérêt général et l’investissement public, pour le déploiement de l’économie verte. En Allemagne, en 2011, 33 milliards d’euros ont été investis dans les énergies renouvelables, créant ainsi plus de 400 000 emplois. En 2013, la CDC estimait les « besoins nécessaires » pour la transition énergétique française à 50 milliards. En investissant dans la transition écologique de notre économie, nous pourrions créer une prospérité durable et des emplois pour tou-tes, non délocalisables.

Partout en France, des entrepreneurs/euses foisonnent d’idées, montent des structures qui s’appuient sur l’économie circulaire, créant ainsi des emplois de proximité, respectueux de l’humain et de son environnement.

Selon l’Institut de l’économie circulaire, celle-ci représente déjà 500 000 emplois en France. En redirigeant l’argent investi dans les énergies fossiles vers ces entreprises d’un nouveau genre, nous pourrions créer jusqu’à 50 000 emplois en Ile-de-France.

Les collectivités peuvent aussi agir en introduisant des clauses d’économie circulaire dans les marchés publics, en augmentant la part des produits éco-conçus dans les achats publics, en réformant les modalités d’octroi des subventions en faveur des nouvelles économies... Alors, qu’attendons- nous ? »

Antoinette Guhl
Maire adjointe de Paris en charge de l’économie sociale et solidaire, de l’innovation sociale et de l’économie circulaire
Conseillère du 20e arrondissement de Paris
http://antoinetteguhl.eelv.fr
antoinette.guhl@paris.fr