Contact |
Newsletter |
Mentions légales |

Nantes : Soutenir le développement
 de l’économie sociale et solidaire

Ressources > Politiques publiques > Fiches "Politiques municipales" > Nantes : Soutenir le développement
 de l’économie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire (ESS) est fondée
 sur la mobilisation des habitant-es et renforce le lien social. Elle est créatrice d’emplois non-délocalisables et contribue activement au développement du territoire. À Nantes, les écologistes ont créé
 les conditions favorables à l’émergence et au développement d’une économie de « circuits
 courts ». La preuve qu’il est possible d’entreprendre,
 de respecter les hommes, l’environnement et d’avoir 
un modèle économique viable.

Jean-Philippe Magnen
ancien conseiller municipal
ancien conseiller communautaire de Nantes Métropole chargé de l’ESS

Notre méthode

L’ESS représente dans l’agglomération nantaise plus de 34 000 emplois dans la banque, la santé, le tourisme, l’insertion, la culture, le logement, l’environnement, le numérique... La politique mise en place est fondée depuis 10 ans sur les notions de coopération et de co-construction.

Les élu-es écologistes ont :

Convaincu-es que la pérennité des projets dépend de la solidité de leurs bases, le soutien à l’émergence a été privilégié, avec entre autres :

A venir...

L’ouverture, à Nantes, en 2014, d’un pôle de coopération, véritable pépinière d’entreprises de l’ESS, chargée de mutualiser les moyens et d’assurer la promotion de cette autre économie sera le signe fort d’une volonté politique de changement d’échelle.

Les 3 étapes majeures

Une histoire sociale, un brassage culturel, une tradition coopérative, sont sans doute des facteurs positifs pour construire une politique publique de l’ESS. L’étape préliminaire incontournable est de réaliser un diagnostic précis.

  1. La reconnaissance mutuelle : rassembler les acteurs, favoriser les rencontres, sensibiliser les élu-es et, progressivement, formaliser les échanges, identifier les personnes ressources et animer chaque secteur avec des journées thématiques, des débats publics.
  2. La mobilisation fondatrice : En 2006, une manifestation festive de 3 jours a réuni près de 600 structures. Cela a constitué un acte décisif pour mobiliser les élu-es, les acteurs de l’ESS et le grand public. Le succès de cette opération (30000 visiteurs) a justifié la pérennisation de l’association tête de réseau « Les Ecossolies » et la définition d’un premier plan stratégique triennal. 

  3. La structuration de l’action publique :
    • 2 plans triennaux construits avec les acteurs, le troisième sera voté en 2013
    • 1.6 millions d’euros par an consacrés spécifiquement à l’ESS

    • la création d’outils financiers solidaires dédiés au secteur
    • des lieux collectifs de proximité

    • le soutien aux reprises d’entreprises sous forme coopératives (SCOP).

Si j’étais maire

« L’ESS serait placée au même niveau que l’économie de marché, l’ensemble des politiques publiques soutiendrait son développement sur le territoire. Dans ce but, nous réunirions la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) et la chambre régionale de l’Economie Sociale et Solidaire (CRESS) dans une même Chambre de l’Economie.
Nous inscririons les principes de l’ESS dans le schéma de développement métropolitain, notamment dans l’élaboration des zones d’activités économiques. Les ZAC seraient plurifonctionnelles pour favoriser les circuits courts.
Il faudrait ensuite rééquilibrer les soutiens apportés aujourd’hui au développement économique en faveur de l’ESS. Les différents budgets métropolitains (déchets, habitat, transports etc) seraient orientés vers des actions de l’ESS.
Nous devrions consolider et créer de nouveaux outils de financement et d’investissement dédiés aux activités sociales et solidaires. Parmi les autres thèmes à développer, nous pourrions assurer une aide à l’emploi identique dans les deux secteurs, une attention soutenue à la formation des entrepreneurs sociaux, un redéploiement de la Fabrique pour intégrer les pôles de ressources, pépinières et autres incubateurs.
Pour stimuler et accompagner le passage à l’échelle de l’ESS, il faudrait non seulement consolider l’existant et offrir des perspectives innovantes de développement :

  • grâce à un institut de recherche qui aiderait à la modélisation et la reproductibilité des expériences ;
  • on réfléchirait à autre modèle de développement des organisations. »
  • Aller plus loin

  • Hors série Alternatives économiques novembre 2012 : « L’Economie Sociale et Solidaire à Nantes Métropole »
  • Les Ecossolies
  • La Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire
  • Le Réseau des Territoires pour l’Economie sociale et solidaire
  • Télécharger cette fiche en PDF

    PDF - 537.7 ko