Contact |
Newsletter |
Mentions légales |

Mettre en place un plan vélo régional

Ressources > Politiques publiques > Fiches "Politiques régionales" > Mettre en place un plan vélo régional

L’expérience du Nord-Pas-de-Calais

En Nord-Pas-de-Calais, la Région a mis en place une politique volontariste pour développer l’usage du vélo : véloroutes voies vertes (VVV), développement de la combinaison TER + vélo, incitation des jeunes à l’utilisation du vélo, entre autres initiatives...
Le point avec les conseillers régionaux à l’origine du projet : Dominique Plancke, président de la commission Transports, et Paulo-Serge Lopes, élu délégué à la mission Vélo.

Tout pour plaire !

Le plan vélo de la région Nord-Pas-de- Calais a été adopté le 21 novembre 2013 grâce à la persévérance du groupe écologiste du Conseil régional.
Dominique Plancke : "Depuis plusieurs mandats, les élu-es écologistes demandaient à la majorité régionale de faire des efforts pour favoriser l’utilisation du vélo, en vain." L’élu écologiste se souvient : "En 1996, les nouvelles rames de TER n’étaient pas équipées pour les vélos et l’équipement des gares n’a été systématisé qu’à partir de 2007. La convention avec l’association Droit au Vélo (ADAV) n’a été conclue qu’en 2013. Entre 1998 et 2014, le Comité Régional du Tourisme (CRT) refusait toujours d’accompagner la politique vélo et la politique régionale dans les lycées négligeait les plans de déplacement scolaires ou les garages à vélos."
Les résistances ne venaient pas seulement des instances régionales, mais aussi des établissements de l’État (SNCF, Réseau Ferré de France (RFF), Voies Navigables de France (VNF). Certaines collectivités locales ont quand même joué le jeu. Le Conseil départemental du Pas-de-Calais, l’agglomération de Maubeuge-Val-de- Sambre et, plus récemment, Lille Métropole et la Communauté Urbaine de Dunkerque sont des partenaires actifs du programme des VVV.
Pourtant, comme le dit Paulo-Serge Lopes, "C’est prouvé : en ville, pour une distance à parcourir inférieure à 5 km, le vélo est le mode de transport le plus rapide. Sachant qu’un déplacement sur deux représente moins de trois kilomètres, il devient alors évident de dire que, pour gagner du temps, le vélo est le mode de déplacement le plus pertinent ! Il multiplie ainsi par 5 à 10 la zone de chalandise des gares TER : aux Pays-Bas, la moitié des usagers arrivent dans les gares à vélo. C’est donc le moyen le plus puissant pour développer le train. Et, en plus de faire gagner du temps, il a aussi de multiples qualités : propre, économique, agréable et excellent pour garder la forme. Loisirs ou déplacements quotidiens, le vélo a tout pour plaire ! C’est le message qu’il fallait faire entendre à la Région..."

Comment la Région peut intervenir ?

Contrairement aux départements, aux communautés urbaines et aux villes, la collectivité régionale n’intervient qu’indirectement sur les infrastructures cyclables (rôle d’ensemblier et cofinancement). Pour autant, de par ses compétences spécifiques, elle peut agir sur 3 leviers : les VVV, l’intermodalité vélo/TER et la construction d’abris à vélo dans les lycées et les centres de formation d’apprentis (CFA). Ce sont ces trois axes qui constituent l’ossature du plan vélo pour la Région Nord-Pas-de-Calais.

Itinéraires vélos

Ces dernières années, pour les VVV inscrites au Schéma régional des véloroutes voies vertes (SR3V), la région Nord-Pas-de-Calais a consacré en moyenne 1 100 000 euros pour environ 15 km par an.

Objectif : Aménager 60 km d’itinéraires vélo par an pour atteindre 600 km en 2020 en achevant les itinéraires européens Eurovélos : EV3, EV4 et EV5

"On recense désormais 260 km d’itinéraires vélo en Nord-Pas-de-Calais : déjà la moitié sont complètement équipés et signalisés.", précise Paulo-Serge Lopes, "Le Conseil régional subventionne les collectivités (départements, intercommunalités ou communes) pour réaliser des tronçons d’itinéraires ou des relais vélo, l’idée étant d’établir des continuités d’itinéraires pour les VVV."

Équipements en gare

S’il est possible, depuis 1994, d’embarquer son vélo dans le TER, il est préférable de le stationner dans les gares.

Objectif : 20 gares ou haltes TER équipées par an pour atteindre 100 % en 2020

Dominique Plancke : "Aujourd’hui, 80 gares sur 200 sont équipées d’abris à vélos. Afin de les généraliser, le Conseil régional subventionne leur construction à hauteur de 50 %. Les 50 % restant sont répartis à part égale entre la SNCF et la collectivité locale. En moyenne, la Région Nord-Pas-de-Calais consacre 250 000 euros par an pour le cofinancement d’équipements destinés au vélo dans les gares."

Lycées

En 2012, 60 % des lycées publics étaient équipés de garages à vélo, la moitié seulement était sécurisée et la quasi totalité restait à usage mixte (vélos et deux roues motorisés).

Objectif : 10 lycées et CFA pilotes pour le vélo

Paulo-Serge Lopes : "50 000 euros ont été prévus dans le cadre du plan vélo afin d’effectuer un diagnostic pour évaluer le taux d’équipement des CFA et des lycées en abris à vélos sécurisés. Dans le cadre des agendas 21 engagés en 2012 dans les lycées de la région, un seul contenait des actions en matière de pratique du vélo. Nous avons désormais dix fois plus de préconisations."

10 actions pour développer le vélo

  1. Augmenter le taux et le plafond de financement pour aménager prioritairement les itinéraires européens (eurovéloroutes EV3, EV4 et EV5) et modifier les modalités de financement des VVV.
  2. Engager des actions de sensibilisation pour développer des services aux cyclotouristes via les contrats de rayonnement touristique.
  3. Confirmer le potentiel touristique de la pratique du vélo dans la région en évaluant les aménagements déjà réalisés et en connaissant mieux les clientèles.
  4. Renforcer la politique d’équipement des gares.
  5. Engager des actions de sensibilisation de prévention contre le vol des vélos et la sécurité des cyclistes.
  6. Afin de limiter l’emport des vélos dans les TER, engager une campagne de "promotion des deux vélos" (un au départ, l’autre à l’arrivée) avec l’appui de l’ADAV.
  7. Sécuriser les accès aux gares.
  8. Dresser un état des lieux dans les lycées et les CFA et augmenter leur taux d’équipement.
  9. Sensibiliser contre le vol des vélos, à la sécurité des cyclistes et inciter à la pratique du vélo dans les lycées et les CFA.
  10. Permettre des actions pilotes dans les lycées et CFA ("plans de déplacements d’établissements scolaires" (PDES), ateliers de réparation, flotte de vélos pour le déplacement des lycéens dans le cadre de leurs activités...)

Perspectives : Accélérer et convaincre

Il aura fallu 25 ans pour que le vélo reprenne sa place dans l’espace public. Il faut maintenant accélérer la dynamique, mais cela ne se fera pas sans l’appui des élu-es, mais aussi des militant-es.
Dans toutes les institutions, les élu-es doivent continuer à sensibiliser leurs collègues sur le vélo, mais aussi dans les domaines de la santé et de l’activité économique. Ils peuvent enfin inciter à la mise en place de "plans de déplacements d’entreprise" pour l’administration et les élu-es de leur institution.
Les militant-es, quant à eux, sont des usagers des routes, des chemins de halage et des voies forestières, des trains et des gares, et ils doivent faire entendre leur voix.

Aller plus loin

Plan vélo régional : délibération et cartes
La carte du SR3V
Le club des villes et territoires cyclables->http://www.villes-cyclables.org]
Les départements et régions cyclables

Télécharger cette fiche en PDF

PDF - 570.5 ko