Contact |
Newsletter |
Mentions légales |

L’Agenda 21 d’Auray

Ressources > Politiques publiques > Fiches "Politiques municipales" > L’Agenda 21 d’Auray

Feuille de route d’un projet de développement durable

L’agenda 21 mis en place à Auray, commune du Morbihan, par Anne-Marie Boudou constitue une feuille de route du développement soutenable, un projet global et transversal pour l’avenir de la ville.
Son objectif : impliquer tous les habitants et les acteurs du territoire. Elle raconte comment elle a réussi à faire bouger les mentalités.

Anne-Marie Boudou
Ancienne maire adjointe au développement durable d’Auray (2008-2014)
annemarieboudou@orange.fr

Depuis 1995, sous l’impulsion de deux adjoints écologistes à l’environnement et d’un maire soucieux du logement social et de la prise en compte de la population défavorisée, la commune d’Auray s’était déjà engagée dans des
actions de développement durable.
Dès son élection en 2008, Anne-Marie Boudou, maire-adjointe au développement durable, a commencé à élaborer le projet d’Agenda 21 transversal, associé à un bilan carbone, qu’elle avait porté pendant la campagne.

Initiation de la démarche

Anne-Marie Boudou : « Pour que l’ensemble des élu-es comprennent bien les enjeux et la méthode d’élaboration d’un Agenda 21, Joël Labbé, maire de Saint-Nolff, est venu raconter comment sa commune a obtenu le prix de la Gouvernance pour son projet d’écocité dans le cadre des trophées du développement durable du conseil régional de Bretagne. »

Le conseil municipal a ensuite adopté six objectifs :

Déroulé et méthode

1 Mars à juin 2009 : création d’une culture commune du développement durable
Au sein des services :

Auprès de la population :

2 Juin à février 2010 : réalisation d’un diagnostic du territoire

Objectif : savoir d’où la commune part avant de définir les enjeux et les objectifs

A partir de ces diagnostics et bilans sont apparus 5 enjeux qui se déclinent en 15 objectifs :

3 Mars 2010 : ateliers participatifs
Après une présentation publique des diagnostics et bilans carbone, les habitant-es et les entreprises ont été invité-es à 5 ateliers autour des 5 enjeux. Anne-Marie Boudou : « Chacun a pu s’exprimer pour proposer des actions pour la commune et échanger sur leur pertinence et leur mise en œuvre.  »
Ces ateliers ont permis de recenser plus de 250 propositions qui ont été étudiées par le comité de pilotage de l’Agenda 21 et les élu-es municipaux/ales afin d’en retenir les plus pertinentes qui constituent le programme d’actions de l’Agenda 21 traduit de manière opérationnelle dans des fiches-actions.

4 Avril 2010 à février 2011 : élaboration du programme d’actions
Après un travail de synthèse, une étude de faisabilité et des concertations avec les élu-es, les agents municipaux et le comité de pilotage, 36 actions, dont 11 sont prioritaires, ont été retenues et regroupées dans les cinq enjeux.
Une présentation en conférence publique a eu lieu avant validation finale par le comité de pilotage et le bureau municipal.

5 Février à mai 2011 : rédaction de l’Agenda 21
Les fiches actions précisent les modalités de mise en œuvre : le
pilote de l’action, les partenaires à associer, les mesures concrètes à mettre en place, les objectifs, les indicateurs, l’échéancier, le budget. Les objectifs sont fixés sur cinq ans avec un échéancier et des indicateurs permettront d’évaluer les avancées pour progresser de manière continue.

6 25 mai 2011 : approbation à l’unanimité du Conseil municipal du programme d’actions
Après deux ans et demi d’élaboration, soit six mois de plus que le calendrier prévu, l’Agenda 21 d’Auray a été approuvé. C’est un outil qui s’intègre de manière transversale à l’ensemble des politiques publiques de la ville.

Organisation et pilotage de l’Agenda 21

En février 2009, la commune a recruté un chargé de mission. Son rôle : insuffler
quotidiennement la culture de développement durable auprès du personnel et
faciliter les échanges.
Deux bureaux d’étude, l’un pour l’Agenda 21 et l’autre pour le bilan carbone, ont été mandatés pour accompagner la mise en œuvre du projet.
Anne-Marie Boudou : « Dès le départ, j’ai tenu à ce que l’Agenda 21 soit issu d’une démarche participative. Un comité de pilotage composé de 7 élu-es, 7 agents municipaux et 7 représentant-es d’associations a suivi son déroulement, donné son avis, fait des propositions et diffusé l’information auprès des Alréens. »

Les 11 actions prioritaires

ENJEU 1 : Orienter Auray vers la sobriété énergétique et les énergies renouvelables
ACTION 1 : Économiser les flux (énergie et eau) :

  • diagnostiquer les bâtiments ;
  • établir un plan pluriannuel de réhabilitation thermique ;
  • suivre précisément les consommations d’eau et d’énergie ;
  • renouveler le matériel par des systèmes économes en eau ;
  • récupérer l’eau de pluie ;
  • responsabiliser les usagers ;
  • adapter l’usage aux caractéristiques des bâtiments communaux.

ACTION 3 : Optimiser l’éclairage public

  • installer des réducteurs de puissance ;
  • éteindre les lumières la nuit ;
  • systématiser une étude d’éclairement et l’installation de matériel économe en énergie dans les opérations d’urbanisation réalisées sur la commune.

ENJEU 2 : Concevoir une ville économe en espace et favoriser le développement des déplacements doux
ACTION 9 : Améliorer l’habitat ancien pour faciliter l’accès au logement et répondre aux exigences environnementales

ACTION 11 : Étendre l’implantation des jardins familiaux

ENJEU 3 : Préserver la richesse des patrimoines naturel et historique et économiser les ressources
ACTION 16 : S’assurer du bon fonctionnement du système d’assainissement séparatif

ACTION 19 : Réduire, améliorer la collecte et valoriser les déchets

ENJEU 4 : Diffuser le développement durable dans la Cité : équité, cohésion sociale et éducation citoyenne
ACTION 24 : Porter la volonté politique d’Auray en matière de logement social à l’échelle intercommunale

ACTION 26 : Développer des activités inter-générationnelles et multiculturelles

ENJEU 5 : Favoriser le développement écocomique responsable et solidaire de la Cité
ACTION 30 : Renforcer la politique d’achat durable de la commune et accompagner cette démarche dans les associations et entreprises

ACTION 31 : Encourager le maintien du commerce de proximité en complémentarité et en équilibre avec les zones d’activité

ACTION 33 : Soutenir les acteurs du commerce équitable et favoriser la distribution de produits biologiques et locaux

Mise en oeuvre et suivi de l’agenda 21

Pour chaque action et sous-action, des pilotes ont été désignés dans chaque service.
Un comité de suivi a été constitué, sous la même forme que le comité de pilotage, pour :

Le ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement a distingué 106 territoires « Agenda 21 local France », au titre de la sixième session 2011. En Bretagne, 9 nouvelles collectivités ont reçu le label de reconnaissance lors de cette session 2011, dont la commune d’Auray.

Quelques exemples d’actions


Économiser l’énergie :
Suppression et remplacement des armoires électriques vétustes, rationalisation du réseau d’éclairage, réajustement des puissances électriques souscrites pour réaliser des économies sur les consommations, les abonnements et la maintenance, rénovation de la connectique, remplacement des lanternes vétustes par des lampes moins puissantes mais de qualité d’éclairement égale.
OBJECTIF : réduire la consommation énergétique moyenne de 12 % par point lumineux d’ici 2016.

Agenda 21 de 7 à 77 ans :
Le développement durable, c’est aussi oeuvrer pour l’épanouissement de toutes
et tous. L’action 26 du plan d’actions a pour objectif de développer des actions intergénérationnelles et multiculturelles : ateliers sur l’alimentation, après-midi jeux, chasse à l’oeuf communs au centre de loisir et au foyer logement, développement et renforcement de la parentalité par des sorties familiales organisées par le CCAS, tour du monde culturel proposé l’été par la médiathèque municipale et des associations... autant d’actions qui permettent de recréer du lien social.

Acheter durable :
La municipalité a décidé d’inscrire les achats de la Ville dans une consommation éco-responsable. Elle n’utilise plus de bois issu de forêts primaires ou de bois tropicaux sans certification, les repas de la restauration collective sont réalisés sans OGM et la part de produits bio augmente chaque année, une partie des fournitures de bureau, des produits d’entretien et des peintures sont éco-labellisés et le papier utilisé est 100 % recyclé et non blanchi, des achats sont réalisés auprès de structures d’insertion par l’activité professionnelle : produits traiteurs, plants pour les espaces verts, fournitures de bureau...
La Ville agit de façon globale en intégrant systématiquement des considérations sociales et environnementale dans ses marchés publics : un agent de la direction des finances est référent sur les achats publics durables et la commune est adhérente au Réseau grand ouest commande publique et développement durable.

Préserver et dépolluer l’eau :
Des mesures bacté́riologiques, effectuées sur différentes sorties d’eaux pluviales de la commune, ont mis en évidence des dysfonctionnements. Les branchements au réseau séparatif n’étant pas toujours correctement effectués, une partie des eaux usées se retrouve dans le milieu naturel et les eaux pluviales et, en cas de fortes pluies, risque de saturer la station d’épuration.
Pour remédier à ces problèmes, des contrôles de "bons branchements" sont réalisés chez les particuliers.
La ville a presque atteint le Zéro pesticide grâce à une charte et un plan de
désherbage associés à une formation du personnel et une gestion différenciée des espaces verts.

Aller plus loin

Télécharger cette fiche en PDF

PDF - 940 ko